JeuxDAVenture.og

Video Games Live : L'avis de DJ Tino (Planète Aventure)

Par Aurelien Vandoorine le 22/12/2008 à 21:02


J’ai découvert l’existence de cet événement sur Planète Aventure il y a de ça un moment déjà. J’ai été tout de suite séduit par ce concept. En effet, je suis dj, musiciens et producteur depuis 8 ans maintenant et je suis accro aux jeux vidéo depuis ma plus tendre enfance, alors la perspective d’un concert rejouant les meilleurs thèmes de jeux vidéo m’a tout de suite fait saliver.

Il aura fallu attendre très longtemps avant de voir enfin apparaître sur le planning du Vidéo Games Lives un lieu en France, mais miracle, un jour se fut le cas. J’ai eu le droit à un jour de repos pour y aller, pas deux juste un. Départ 4h30 de la Vendée, direction Paris et son palais des congrès. Après une petite visite des lieux (ben ouai j’ai profité un peu de Paris quand même) je me retrouve devant le Palais des Congrès illuminé de mille feux et déjà beaucoup de monde dans le hall. Une charmante ouvreuse m’accompagne jusqu’à ma place (si si très charmante même, je lui ai même laisse 2€ de pourboire). Premier constat, j’ai payé ma place assez chère, mais la vue en valait le coup, ensuite c’est la taille de la salle qui m’impressionne, et surtout le monde qui commence à arriver (la salle n’était pas tout à fait remplie mais presque je pense). 

Le concert était géniale, magique, hallucinant, les qualificatifs me manque pour décrire ce flot de bonheur que l’on reçoit en regardant et écoutant se concert. Concert dont l’ambiance se rapprochait plus d’un concert de rock que d’un concert philharmonique. Pour ma part j’ai eu la playliste dont je rêvais avec peut-être un petit regret pour l’absence de la musique de MYST. Mais bon on ne peut pas tout avoir, on n’a déjà été très très très gâté je trouve. Le thème de Metal Gear Solid sublimé par les cordes, le thème de Warcraft qui m’a littéralement mis sur le cul tellement la chorale vous prenait les tripes, le thème de God Of War d’une violence incomparable, se sont ajouté aux thèmes plus classiques comme Mario, Tetris ou Sonic. Mais se qui est bien avec Vidéo Games Live c’est que même les thèmes les plus classiques sont revisités et prennent une toute autre ampleur. 

On a aussi eu droit à de nombreuses surprises et de taille, déjà l’annonce officielle (enfin) d’un BG&E 2 avec la délirante reprise buccale du teaser (mention spéciale pour le cochon quand même), c’était très sympa et bien vue de la part des organisateurs, d’inviter une équipe de développement talentueuse française. Il y a aussi eu le thème de Starcraft II, perso, je l’avais jamais encore entendu (le jeu n’étant pas encore sortit) et il est vraiment sympa. Et puis LA surprise avec un grand L, celle pour laquelle j’ai utilisé mes 5 adresse e-mail pour pourrir la boite mail des organisateurs, le thème de Monkey Island jouer ici par Martin Leung … magnifique… envoûtant a un point que j’en ai oublié de filmer. 

Je pense que chaque personne dans la salle a ressentit le concert différemment selon qu’il avait joué à tel ou tel jeux. Moi par exemple quand j’ai entendu le thème de Zelda joué par se merveilleux orchestre j’ai eu la chair de poule et les images du jeu qui défilait sur l’écran était remplacé par mes premiers souvenirs de joueurs, quand je jouait à Zelda sur ma game boy première du nom et que j’essayais d’enregistrer la music avec mon baladeur/enregistreur cassette dans un silence total et que ma mère me prenait pour un fou (mais j’avais fini par y arrivé même si la qualité était pas top pour moi c’était la plus belle des musique). C’est très difficile de choisir parmi tout ces merveilleux moment, celui que l’on a préféré Pour moi je dirais que c’est l’arrivé sur scène du fabuleux Martin Leung qui joua un medley de Final Fantasy !!! Et quand j’entendis le son, de la valse où danse Squall et Linoa dans FFVIII j’ai versé ma petite larmette. Ce n’est pas le Final Fantasy que je préfère mais c’est celui dont l’héroïne à donné le nom a ma fille car c’est le premier jeu vidéo qui m’a fait comprendre que l’on pouvait aussi faire passer d’autres émotions que la guerre, la peur, le suspense et que amour et jeux vidéo n’était pas incompatible. Et t’entendre tous ses passages de tant de jeux magiques mis bout à bout et jouer de main de maître en solo par Martin Leung restera gravé à jamais dans ma mémoire. 

Plus qu’un concert, vidéo games lives est un show, grâce notamment aux nombreuses interventions des deux têtes pensantes du projet mais aussi à l’organisation de petit concours, tel que le concours de cosplay en début de concert. Un heureux spectateur choisi au hasard à eu le droit de s’essayer à une partie de space invaders grandeur nature ou il devait courir d’un coté à l’autre de la scène pour faire bouger le vaisseau à l’écran !!! Visiblement très ou trop difficile, pourtant l’idée de pouvoir gagner la borne d’arcade Vidéo Games Live aurait du le motiver sérieusement. Et on a eu le droit à un joueur de guitare hero qui à rejouer un morceau de Aero Smtih en live. Il avait l’air très fier au moment de demander qu’on le prenne pas pour un débutant et que lui mette en mode « expert » mais il l’était visiblement beaucoup moins quand il a perdu la partie au bout de quelques minutes seulement. Comme quoi, jouer dans son salon et devant une salle remplie c’est différent quand même. 

Sur le plan technique le show était génial, on sent que c’est une machine bien rodée. Mention spéciale pour l’orchestre qui avait vraiment l’air de s’éclater (surtout l’un des deux mecs aux percutions), la chorale était parfaite et l’intervention des voies de tête rondement menée. La qualité du son était parfaite, même si je n’étais pas en face de la scène, j’ai pu profiter d’un des meilleurs sons qu’il m’est été donné d’entendre, pas trop fort, pas de parasites, bref nickel. 

Alors, pour chipoter, je dirais que le ténor qui a chanté le thème de Civilization 4 n’était pas très convainquant (mais en même temps les paroles n’ont pas l’air simple non plus). L’entracte trop court. J’ai adoré Monkey Island joué au piano en solo mais je pense que le morceau aurait pris plus d’ampleur si l’orchestre aurait accompagné Martin Leung. En effet, le solo de piano, s’accorde parfaitement, je trouve, avec des morceaux assez langoureux, romantique ou au contraire très sec et piquant comme les musiques de Final Fantasy mais pour un morceau plus rythmé comme Monkey Island j’aurai opté pour un choix différent genre : ouverture du morceau au piano seule puis arrivé de l’orchestre avec le piano. Mon plus gros regret est finalement visuel, je pense que s’est finalement le seul point qui peut-être encore amélioré. C’est vrai, finalement le grand écran et les quelques effets de lumière font pauvre. Je pense qu’après c’est une question technique et financière mais ont pourrait imaginer un écran à 180° ou la projection d’élément virtuel sur la scène bref je ne sais pas trop mais je pense qu’il y a moyen de faire mieux du côté visuel car là, finalement, a part le grand écran et quelques effets de lumière rien ne ressort vraiment, pire j’ai trouvé que les images qui passait à l’écran n’était pas toujours bien centrée et surtout pas toujours caller sur la musique. 

Mais bons soyons clair, l’écran c’est se que j’ai le moins regardé pendant le spectacle, et peut être qu’a trop vouloir mettre en avant le côté visuel cela pénaliserait le coté orchestre du show. 

Dernier point que j’ai beaucoup aimé, c’est une traversé dans le désordre de l’histoire du jeu vidéo, on entend des thèmes de jeux très anciens comme Space Invaders ou Tetris, actuel comme Metal Gear ou Halo et futur comme BG&E 2 ou Starcraft et ça c’est GENIAL car tout le monde trouve son bonheur. Ma chérie qui n’est pas fan de jeux à elle aussi beaucoup apprécie le spectacle même si, c’est certain, certaines choses lui sont restées incompréhensibles (comme au début quand snake parle par exemple). 

Pour conclure, je dirais : j’ai un ami qui croit en la réincarnation. Pas la réincarnation en être vivant mais en instant de vie. Si c’est le cas je veux être réincarné à l’instant ou j’ai entendu Martin Leung jouer Final Fantasy parce que c’était tout simplement féerique.

Cliquer pour activer         Cliquer pour activer         Cliquer pour activer