JeuxDAVenture.og
Fiche Jeu

Portal 2

  • Plateformes : PC , PlayStation 3 , Xbox 360
  • Date de sortie : 18 Avril 2011
  • Présentation : 3D / 1ère personne

Portal 2 - Le Test

Par Aurelien Vandoorine le 06/05/2011 à 22:29


Voici un jeu sur lequel j’ai quelque peu hésité à vous proposer un test. En effet, ce n’est pas un jeu d’aventure pur souche, puisque ce dernier n’a pas d’inventaire, ni de vrais dialogues. Toutefois, il s’agit bien d’un jeu contenu pour mettre vos méninges à contribution que cela soit seul ou à deux. Aussi, je vous propose de découvrir ce jeu au travers de ce test, et il vous restera à faire votre propre idée sur ce jeu de Valve.

Portal 2 nous propose deux histoires indépendantes, l’une qui se déroule en solo, et la seconde en coopération à deux joueurs. Tout d’abord en solo, alors que le jeu débute, vous incarnez Shell une jeune femme, dont on ne sait guère de chose, si ce n’est qu’elle a participé à un programme scientifique, après un premier réveil normal et quelques exercices pour nous donner les premiers contrôles de jeu, avant de nous replonger dans un sommeil qui va durer bien longtemps. Au final, nous serons à nouveau réveiller après un temps extrêmement long et rencontrerons Wheatley, « personnage » qui nous accompagnera dans ce jeu, et cherchera à nous aider à sortir de ce centre immense conçu comme un ensemble de parcours destiné à tester aussi bien le sujet de test, que le matériel qui l’équipe.

Get Flash to see this player.

Du côté du scénario l’histoire est assez basique et différente puisque nous sommes propulsés directement dans la peau de l’un des deux robots conçu par Gl@dOS, Intelligence Artificielle du centre, et qui vont de la même manière que Shell dans le Solo être quant à eux soumis à de nombreux tests. Ainsi démarrent les deux jeux, pour enchaîner ensuite les salles de tests, mais aussi en découvrir un peu plus sur l’histoire du centre, dans un univers très particulier, et surtout assez drôle par les remarques ou les réactions de vos compagnons. Ces deux robots se nomment respectivement P-Body et Atlas et il est à noter par exemple pour Wheatley, combien celui-ci, pourtant une « simple » sphère robotique, se montre expressivement convaincant.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Le jeu présente une ambiance graphique soignée, malgré un moteur graphique qui prend petit à petit de l’âge. Après tout, il fut mis au point pour Half-Life 2 qui est sorti en 2004, ce qui d’un autre côté devrait laisser un plus grand nombre de joueurs en profiter sur PC. L’un des points extrêmement réussi est justement les portails car placez deux portails face à face, placez vous en plein milieu et regardez l’un des deux et vous aurez une impression d’infinité. On voit bien à travers le portail l’endroit de sa sortie, ce qui aide à déterminer le bon emplacement, tout comme il est parfaitement possible de se voir d’un portail à l’autre.

Le jeu nous proposera de découvrir des environnements assez différents, avec un lieu qui semble d’abord délabré et va petit à petit retrouver son apparence d’origine, mais cela n’empêchera pas de découvrir un peu de l’envers du décor, ou encore le passé de ce lieu sur lequel on en savait finalement bien peu dans le précédent épisode.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Le gameplay est le point central de ce jeu, celui autour duquel tout s’articule. Ainsi l’on se retrouve dans un jeu en vue à la première personne, avec les contrôles classiques de ce genre de jeu, on peut ainsi s’abaisser, sauter, se déplacer dans les quatre directions avec le clavier, tandis que la souris sert à orienter le point de vue. Mais l’élément principal que l’on récupère rapidement, est le projecteur de portal, qui permet d’ouvrir deux portails qui sont reliés entre eux. Ainsi, passez dans ce portail et vous ressortirez de l’autre portail, avec vos propriétés physiques à l’entrée conservées. Ceci étant la base du jeu, c’est ensuite les salles de tests qui vous pousseront à réfléchir car tout dépendra de la façon d’utiliser les portails, pour vous permettre de réunir les conditions nécessaires à l’ouverture de la sortie de la salle de test. Et bien des surprises vous attendent : laser à rediriger, robot de défense à éviter, gel répulsif, ou accélérateur, plateforme de saut, cube de sécurité sans bord et bien d’autre surprises, qui viendront petit à petit augmenter la difficulté.

Du côté du jeu à deux, on retrouve bien entendu les principes du jeu en solo, mais deux changements principaux font leur apparition. Tout d’abord, chacun des deux joueurs dispose de son propre jeu de portails. Ainsi, ce n’est plus deux mais quatre portails que nous avons à disposition, ce qui accroît nécessairement la difficulté des salles, tandis que ces dernières prennent aussi une taille supérieure. Mais il faudra surtout parfois se synchroniser, ou faire des actions de manière à s’aider l’un et l’autre à avancer, même si pour le plaisir des répliques de Gla@dOS, faire certaines actions peut se révéler très amusant, y compris détruire son robot de la manière la plus idiote possible, ou encore fermer le portail trop tôt entraînant la chute de votre compère. Un jeu qui s’apprécie du coup très bien à deux, et pour lequel un micro casque est plus que recommandé, même si des outils pour désigner ou coordonner des actions dans le jeu, sont présents.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

L’ambiance sonore est, elle aussi, très soignée, la musique avec un petit côté électronique très réussie et en adéquation avec l’univers du jeu, tandis que les voix bien plus détaillées de Gl@dOS, ou encore de Wheatley et de quelques autres personnages sont véritablement réussies et contribuent grandement à ce côté fort sympathique du jeu, qui rend le tout cohérent, sans oublier comme pour le premier morceau une petite chanson qui vient conclure le jeu.

Cliquer pour activer         Cliquer pour activer         Cliquer pour activer