JeuxDAVenture.og
Fiche Jeu

Yesterday

  • Plateformes : PC
  • Date de sortie : 22 Mars 2012
  • Présentation : 3D / 3ème personne

Yesterday - Le Test

Par Aurelien Vandoorine le 21/03/2012 à 21:39


Après nous avoir habitués à des jeux humoristiques,Pendulo Studio nous livre un nouveau jeu avec Yesterday, un titre qui, bien qu’il partage beaucoup avec ses prédécesseurs Runaway et The Next BIG Thing, nous propose toutefois une histoire bien plus sombre, malgré des personnages quelque peu allumés, et c’est plutôt du côté du thriller qu’il convient de regarder. C’est ce jeu que je vous propose de découvrir maintenant, ainsi que dans le même temps la vidéo de lancement du jeu.

Dans ce nouveau jeu, nous incarnons tout d’abord le jeune Henry White et son ami Cooper, qui font partie de l’association des Enfants de Don Quichotte, auquel le jeu est d’ailleurs dédié, et qui vont à la recherche de SDF, afin de les mettre à l’abri non du froid ou de la misère mais d’un mystérieux tueur. C’est ainsi qu’ils feront la rencontre de l’encore plus mystérieux Choke, qui tentera d’éliminer le profanateur qu’est Henry White. Toutefois, il ne s’agit pas ici des personnages que l’on jouera pendant la majeure partie du jeu, puisque le personnage le plus important est John Yesterday, un personnage lui aussi très mystérieux qui ne se souvient plus de son passé pour quelque obscure raison, mais d'enquêter sur une sorte de secte.

Il sera difficile d’en dire plus dans ces lignes, car cela reviendrait à révéler des éléments essentiels de l’intrigue, toutefois sachez que vous trouverez quelques autres personnages très hauts en couleur, avec une mention particulière au groom français, que n’aurait sans doute pas renié une certaine personnalité, ou encore le mystérieux maître que vous découvrirez. Le jeu se présente de manière très linéaire, ne comptez pas basculer entre de multiples lieux un peu à la manière de leur précédent jeu, impossible de se déplacer entre beaucoup plus de trois ou quatre écrans par chapitre, rendant le jeu très directif, quitte à le rendre peut-être plus simple.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Pour les graphismes, je pense que cela ne surprendra personne depuis la publication même des tous premiers visuels du jeu, c’est un aspect cartoon avec la patte graphique très reconnaissable de Pendulo Studios qui nous est présenté avec ce jeu. On retrouve donc des personnages très réussis, qui viennent s’intégrer de toujours fort belle manière dans les décors. On regrettera toutefois que l’on ait dans ce nouveau jeu de bien moins nombreuses actions effectuées par les personnages à l’écran, ce qui est toutefois expliqué par un autre choix.

En effet, dans ce jeu, il a été clairement et à tout point de vue décidé de donner un aspect encore plus BD au jeu. Pour cela, le fait d’observer une zone fait apparaître une case type BD, permettant l’observation et une interaction. Aussi, c’est dans ce genre de vignettes que toutes les actions se dérouleront, parfois avec un visuel animé. On retrouve à côté de cela les séquences vidéo auxquelles le studio nous a habitués, sans compter les nombreux petits détails dans les décors. D’ailleurs, vous ne manquerez pas de reconnaître l’un d’entre eux, mais je n’en dirai pas plus ici.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Le gameplay, et c’est peut être là qu’il y a le plus de surprise, est un peu moins intuitif que sur les précédents jeux de Pendulo Studios. Si l’on joue bien entendu à la souris, il se ressent que le jeu et son interface ont vraisemblablement étaient conçus avec en tête le portage sur les tablettes tactiles et smartphone. Ce qui explique la non utilisation du bouton droit, seul le clic gauche permet de faire des actions, tandis que le double clic n’est plus d’actualité. En effet depuis Runaway : The Dream of the Turttle, lorsque l’on double cliquait, le personnage commençait son déplacement puis le terminait au point d’arrivée avec un « effet de téléportation », très appréciable pour traverser de long décors, ici c’est ce déplacement qui s’effectue en continu par un simple clic gauche.

Mais ce ne sont pas des points vraiment gênant, juste une simplification tout au plus. C’est l’inventaire qui reste sans aucun doute le moins agréable, car pour utiliser un objet, du fait de l’existence du seul clic gauche, il ne faut plus faire un simple clic mais maintenir le clic et glisser l’objet vers le haut, c’est ce point particulier qui m’a fait le plus penser à une interface tactile. On en prend évidemment rapidement l’habitude mais ne pouvant sortir l’objet que vers le haut, on se prend plusieurs fois à ne pas faire l’action voulue pour combiner deux objets en prenant le chemin le plus court vers la gauche ou la droite.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

On retrouve bien sûr les aides introduites par les précédents jeux avec, la possibilité d’afficher pour quelques instants les points d’intérêt du lieu dans lequel nous nous trouvons ainsi qu’une aide contextuelle qui vous permettra d’obtenir un indice sur ce que vous devrez faire ensuite, cette astuce étant très bien pensée car il ne s’agit pas de la solution ou de l’action exacte à réaliser, mais bien d’une direction, ou d’un coup de pouce du genre « avez-vous bien regardé le tapis ? », ce qui est une bonne idée pour que les joueurs frustrés d’être bloqués n’aient guère le sentiment d’être trop guidés. Toutefois, cette aide servira assez peu aux habitués du genre puisque le jeu étant très directif, il n’y a guère de point vraiment difficile. Les énigmes en elles-mêmes se révèlent très logiques et sans grande difficulté puisque l’on aura finalement toujours assez peu d’objets et de zones à explorer dans un même chapitre.

Du côté du son, Yesterday propose tout d’abord et c’est important à noter un doublage exclusivement en anglais avec une mention toute particulière au groom français, baragouinant un genre de « franglais » des plus réussis. Le tout est bien entendu totalement sous titré en Français. Cependant et cela est aussi une surprise dans ce jeu, on a des voix présentes exclusivement pour les dialogues. Ainsi, lorsque le héros a un commentaire sur une action que vous faites, ou bien observe un objet ou un lieu, il n’y a aucune voix mais juste une description textuelle à lire, ce qui est là aussi assez surprenant. Le jeu nous propose en supplément une ambiance sonore discrète et appropriée aux divers lieux que nous allons parcourir, montagne enneigée, souterrain, grande ville… Yesterday propose aussi quelques morceaux musicaux bien choisis pour accompagner les passages clefs du jeu.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Yesterday est donc un jeu totalement dans la lignée des productions de Pendulo Studios, avec un groupe de personnages des plus étranges et réussis, et une ambiance plus sombre que ce à quoi nous avons été jusque là habitués. L’histoire se trouve aussi racontée d’une manière assez différente, ce dont je souhaite vous laissez la surprise de la découverte. Les défauts principaux sont sans nul doute son interface un peu particulière, mais surtout son assez grande facilité qui le rend de ce fait assez court, même s’il n’en reste pas moins un agréable jeu d’aventure qui permettra de passer un bon moment.

Cliquer pour activer         Cliquer pour activer         Cliquer pour activer