JeuxDAVenture.og
Fiche Jeu

Sherlock Holmes The Devil's Daughter

  • Plateformes : PC , PlayStation 4 , Xbox One
  • Date de sortie : 10 Juin 2016
  • Présentation : 3D / 3ème personne

Sherlock Holmes The Devil's Daughter - Le test

Par Aurelien Vandoorine le 12/06/2016 à 21:26


Après un épisode fort remarqué il y a un peu moins de deux ans, Frogwares associé à Big Ben nous présente un nouvel épisode du célèbre détective, dans Sherlock Holmes The Devil's Daughter. Un nouvel épisode dans lequel nous devrions rencontrer sa fille adoptive, mais surtout retrouver, pour de nouvelles aventures, le tout aussi célèbre Docteur Watson. Plongeons sans plus attendre dans le Londres de la fin du XIXème siècle.

Dans cette nouvelle aventure, pas de grande surprise nous allons retrouver un fonctionnement similaire au niveau de l’histoire avec quatre enquêtes distinctes, dont des événements en fil rouge mèneront à l’ultime chapitre de l’histoire. La première enquête vous mettra à la recherche du père d’un jeune garçon, une affaire qui tombera à pic pour faire travailler les méninges de notre héros, que l’arrivée d’une nouvelle voisine laissera de marbre en comparaison de cet événement. Le docteur Watson se montrant, quand à lui, beaucoup plus intéressé par la jeune femme. C’est ainsi que débutera une nouvelle série d’affaire.

Le jeu nous proposera un casting de personnage connus, tels que Sherlock Holmes et le docteur Watson, sans oublier la police secrète de Sherlock toujours menée par Wiggins, l’inspecteur Lestrade, ou encore Tobby le chien de notre héros que nous aurons par ailleurs l’occasion d’incarner, car de temps à autre le jeu nous proposera d’incarner Sherlock Holmes, Watson, Wiggins ou Tobby, voir même en quelques endroits, d’avoir la possibilité de basculer entre Sherlock et Watson. S’il y a des visages connus, le jeu ne manque pas non plus de ses nouveaux suspects, témoins, et autres personnages qui joueront divers rôles dans l’histoire, sans oublier Kate la fille adoptive de Sherlock Holmes envers qui il semble être détenteur d’un sombre secret, ainsi que la mystérieuse nouvelle voisine, ou dans l’une des enquêtes le très excentrique Oscar Wilde.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Visuellement, le jeu reprend les bases de son prédécesseur, reposant sur le moteur Unreal Engine, tout en poussant encore un peu plus loin le niveau de détail des personnages et des décors. Mais plus important encore c’est la taille de certains environnements du jeu qui est appréciable. En effet, même les alentours du 221B Baker Street, ou White Chapel sont modélisé avec soin, et nous laisse la possibilité de trouver diverses informations, non essentielles à l’enquête, comme le marchant de biscuit préféré de Watson, ou des coupures de presses fournies ici ou là, tout agrandissant grandement l’aire de jeu, par rapport aux espaces plus restreins du précédent épisode.

C’est l’éclairage qui a de nouveau fait l’objet d’un soin tout particulier afin de rendre les divers environnements crédibles que l’on soit de jour ou de nuit, en extérieur ou en intérieur, le tout est globalement de fort agréable facture. Découvrir les détails des différents personnages lorsque nous les observons et des plus plaisants. On notera juste quelque retard ici ou là au changement du niveau de détail, ou parfois le changement de luminosité qui semble un peu plus aléatoire, ou étrange, mais aussi quelques animations encore parfois un peu rigide.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Le gameplay repose avant tout sur de l’exploration et de la recherche d’indices. Pour se faire, lorsque nous passerons près de points d’intérêts, de petits points apparaîtront et nous permettrons de réagir : dialoguer avec les personnages ou encore observer un objet plus en détail. Les objets peuvent souvent être tournés dans tous les sens pour trouver des indices. L’observation des personnages nous en apprendra toujours un peu plus sur le personnage avec lequel nous discutons, ce qui permettra de réagir à certaines informations contradictoires, mais cette fois, certains éléments pourront laisser deux choix, afin que le joueur obtienne un portrait plus ou moins précis du personnage, ce qui n’a pas d’impact significatif sur les enquêtes mais rajoute une petite dose de pouvoir de déduction au joueur.

Une fois les indices, mécanismes, témoignages récupérés, comme dans les précédents épisodes, il faudra faire le lien entre les différentes informations, faire nos déductions, et enfin décider du coupable, et si nous arrêtons ce dernier ou le laissons libre. On retrouve aussi l’imagination de Holmes qui permettra de définir une séquence d’événements, bien que celle-ci soit assez peu utilisée, et la plus part du temps de manière assez simple et très facile. Le jeu dispose, et cela ne plaira pas forcément à tout le monde, de nombreuses séquences en général très courtes où il pourra être question d’action, ou de QTE, voire d’infiltration, le tout restant toutefois subsidiaire car une option permet de passer ces séquences si elles n’étaient pas à votre goût. Il est juste dommage que certaines séquences soient un peu étrange dans leur déroulement.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

La bande son n’est pas en reste, et pour cet épisode nous trouvons un nouveau doublage intégralement français, avec des acteurs que nous connaissons déjà, puisque par exemple les voix françaises de Sherlock, Watson et Lestrade ne sont nulles autres que celle des doubleurs de la série Sherlock de la BBC. Nous avons donc un doublage fort agréable et très réussi qui nous permet de nous plonger très facilement dans cette aventure sans avoir besoin de lire les sous titres.

La musique reste agréable, et les environnements sonores ont eux aussi été travaillés. Le brouhaha des rues pleines d’activités de White Chapel, ou des lieux que nous pouvons parcourir sont fort agréables. Tout juste notera-t-on ici ou là dans certaines scènes où l’on va faire quelques aller-retour la répétition d’un unique dialogue entre deux personnages. Le plus gros problème que j’ai pu avoir, concernait la balance des sons, avec les réglages par défaut, les bruitages divers étaient d’un niveau très supérieur à celui des voix. Heureusement un petit tour dans les options a réglé le problème.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Ce nouvel épisode Sherlock Holmes est donc fort agréable, même si l’ajout d’action/QTE plus importante ne plaira pas nécessairement à tous. Celles-ci apportent un certain dynamisme au jeu. La réalisation est de bonne qualité, mais on reste malheureusement quelques peu sur notre faim. Ce nouvel épisode est plus court que son prédécesseur : comptez environ 8/10H pour arriver au bout. Mon plus grand regret reste que le jeu est très dirigé dans les enquêtes, et qu’au final la force d’imagination de Holmes ne soit que très peu utilisée, mis à part dans la quatrième enquête, la conclusion pourra aussi décevoir pour d’autres raisons que je ne dévoilerais pas ici afin de ne pas vous spoiler.

Cliquer pour activer         Cliquer pour activer         Cliquer pour activer