JeuxDAVenture.og
Fiche Jeu

Yesterday Origins

  • Plateformes : PC , Mac , PlayStation 4 , Xbox One
  • Date de sortie : 10 Novembre 2016
  • Présentation : 3D / 3ème personne

Yesterday Origins - Le Test

Par Aurelien Vandoorine le 12/11/2016 à 14:58


Voilà 4 ans, nous découvrions Yesterday, un jeu de Pendulo Studio, qui allait se montrer plus sombre que les derniers jeux du studio qui étaient très orientés sur la comédie. Après nous avoir plongé dans ce monde où existe un immortel, voici l’occasion de revenir dans cet univers avec Yesterday Origins, qui va nous permettre de découvrir les origines de John Yesterday, immortel de son état.

ous débutons le jeu par une courte séquence du passé de John. Un passé très lointain puisque, rappelons-le, il est âgé aujourd’hui de près de 500 ans. Nous sommes au XVème siècle, durant l’inquisition espagnole. Notre héros, alors appelé Miguel, se voit accusé d’être le fils du diable, pour la simple raison qu’il semble être capable de comprendre n’importe quelle langue, sans même l’avoir apprise. C’est dans une geôle surveillé par son futur tortionnaire et bourreau, et accompagné d’un cochon dont le crime est tout aussi étrange, que nous allons commencer notre aventure, en cherchant, comme il se doit, un moyen de nous enfuir.

Le jeu va ainsi nous permettre de découvrir le passé de John, alors qu’il retrouve des parties de sa mémoire. Malheureusement pour lui, son immortalité à un gros défaut : il oublie tout ce qu’il s’est passé à chaque fois qu’il ressuscite. Fort heureusement notre héros n’est pas seul. Il est accompagné d’une autre immortelle, Pauline, qui elle ne souffre pas de ce défaut de mémoire. Nous retrouverons aussi Boris, l’ami un peu timbré de John, rencontré dans la période où il s’appelait Choke à New York et explorée dans le précédent jeu. Par ailleurs, il sera possible d’incarner Pauline dans certaines partie de l’histoire en plus de John, ce qui permettra de voir certains événements sous un autre point de vue, tandis que John va se mettre en quête, à la suite de quelques événements, de liens avec son passé pour savoir qui il est réellement.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Le graphisme du jeu ne vous dépaysera sans aucun doute nullement, puisque la patte graphique de Pendulo Studio est toujours aussi reconnaissable et n’a rien perdu de son charme malgré cette transition. Si certains éléments sont toujours en 2D, les personnages sont eux intégralement en 3D, et restent parfaitement bien intégrés aux décors malgré ce changement important pour le studio. Nous sommes alors invités à explorer une petite variété d’emplacements intéressants, et surtout, dont le ton des lieux entre notre époque, et le XVème/XVIème siècle sont radicalement différent.

Le jeu reprend, par ailleurs, l’aspect bande dessiné de son prédécesseur. En effet, des cases apparaîtront aussi bien pour faire ressortir des événements dans le jeu, que durant les séquences cinématiques qui parsèment le jeu alors que vous progresserez dans l’histoire présente et passée de John. Enfin, vous vous en doutez, comme à leur habitude, les décors créés par Pendulo Studio fourmillent de détails et sont extrêmement soignés ce qui les rend extrêmement plaisant à parcourir.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Le gameplay du jeu va être divisé quelque peu, pas tant par la façon de jouer en elle même, mais par le fait qu’il est clairement recommandé, y compris par le jeu, d’utiliser une manette. S’il est tout à fait possible de jouer avec la souris, il est dommage que certains systèmes se révèlent assez peu fiable avec celle-ci, ce qui est assez dommage pour un studio pourtant très habitué au point & click. Malgré tout le jeu à la manette n’est pas déplaisant, et si votre manette supporte les vibrations, vous aurez alors un petit plus sympathique.

Si ce n’est ce point, le jeu est assez habituel et reprends ce que l’on avait déjà pu voir dans Yesterday, avec de gros plans sur les objets. La différence principale étant que la plupart du temps, les items sont en 3D et peuvent être observés sous différents angles, il est ainsi possible d’interagir avec l’item ou de trouver de nouvelles informations parfois cachées. Les dialogues sont bien évidemment de retour, avec là encore, comme pour le reste du jeu, un style BD très agréable. La plus grande nouveauté dont j’avais pu parler dans mon premier contact avec le jeu, reste le concept des idées. Ainsi, pour faire certaines associations, il ne vous faudra pas seulement trouver le comment mais aussi le pourquoi avant que votre personnage n’accepte de faire une action spécifique. Pour cela, il sera important de discuter avec tous les personnages, mais aussi d’observer ces derniers, qui auront parfois des indices sur eux essentiels pour avancer.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

L’aspect sonore est un des points les plus réjouissant, car Yesterday Origins dispose d’une version française intégrale, ce qui n’avait pas été le cas pour Yesterday. De plus, non content d’avoir des voix françaises, celles-ci sont d’excellente qualité, tout autant que la traduction du jeu dans son ensemble. Si les versions sous- titrées sont assez courante, il est vraiment agréable de pouvoir profiter du jeu en français dans son ensemble, ce qui reste fort rare.

Le jeu dispose aussi d’une bonne ambiance sonore, qui vous accompagnera durant vos explorations minutieuses des différents environnements, le tout accompagné d’une musique réussie qui ponctuera certaines actions précises, ou moments clefs de l’histoire.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Yesterday Origins et un très bon jeu d’aventure. Son seul gros défaut sera de rester malgré tout assez court, même si le fait de devoir observer correctement les personnages, ainsi que de trouver les idées, apporte quelques nouveautés appréciables au gameplay. Il n’en reste pas moins qu’avec son ambiance mature et ses voix françaises, le jeu saura séduire les fans et que l’on espérera que Pendulo Studios sera en capacité de nous proposer encore de nouveaux jeux tout aussi soignés que celui-ci.

Cliquer pour activer         Cliquer pour activer         Cliquer pour activer