JeuxDAVenture.og
Fiche Jeu

Silence

  • Plateformes : PC , Mac , PlayStation 4 , Xbox One
  • Date de sortie : 15 Novembre 2016
  • Présentation : 3D / 1ère personne

Silence - Le Test

Par Aurelien Vandoorine le 21/11/2016 à 19:13


Silence fait parti de ces jeux dont on a entendu parler bien avant sa sortie. C’est il y a presque 3 ans que Daedalic Entertainment nous a annoncé le développement d’un nouveau jeu dans l’univers de The Whispered World. La sortie, ayant été repoussée à plusieurs reprises, était initialement prévue pour fin 2014. Après ces deux années supplémentaires, nous pouvons donc dès maintenant plonger à nouveau dans le monde de Sadwick, Silence.

Attention : si vous n’avez pas joué à The Whispered World cette vidéo contient quelques éléments de l’histoire de celui-ci, aussi je vous déconseille de la regarder.

Silence nous raconte l’histoire de Noah et Rennie, deux enfants, dans un pays en guerre. Alors que Rennie est entrain de jouer dehors avec ses amies, construisant un bonhomme de neige, un bombardement aérien se produit, elle est heureusement sauvée par son frère Noah, qui l’emmène de justesse dans un abris. Mais si Rennie connaît déjà l’histoire de Silence, elle ne pensait sûrement pas s’y retrouver elle même un jour en compagnie de son frère, et c’est pourtant ainsi que va débuter l’histoire.

Propulsé dans ce monde qu’il connaît, Noah et pourtant désorienté à juste titre. Compte tenu de son expérience précédente, le monde est très éloigné de celui de ses souvenirs. Nos deux héros vont rapidement apprendre qu’une mystérieuse Fausse Reine est en quête d’un fragment du miroir légendaire qui lui permettra de récupérer l’ensemble de ses pouvoirs, un fragment qui sera tout aussi nécessaire à nos héros pour retourner dans leur monde. L’occasion d’un voyage dans le monde de Silence et de retrouver quelques personnages du premier jeu, dont Spot, la chenille capable de se transformer.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Le premier choc que va nous offrir le jeu, ce sont les graphismes qu’il va vous présenter. Difficile de rester de glace devant la très grande qualité du travail des artistes de Daedalic sur ce jeu, comme vous pouvez le constater sur les images qui illustrent ce test, ainsi que dans la fiche du jeu. Le studio a utilisé une technique qui leur est, à ma connaissance, propre : dessinant les décors en 2D, puis découpant ces derniers et les plaquant sur des modèles 3D très simple, ce qui permet de donner de la profondeur et de permettre un jeu de caméra plus ample.

Les personnages, en 3D, sont remarquablement intégrés dans les décors. Ils disposent de très nombreuses animations pour les actions qu’il leur sera utile de faire au cours de l’aventure, qu’il s’agisse de nos deux héros, des autres protagonistes du jeu, ou encore de Spot qui a conservé une palette de transformation qui permettra de se sortir de diverses situations. Il ne reste plus qu’à ajouter à cela une bonne utilisation des éclairages, des ombres, et des effets, ici ou là, pour animer les décors et vous obtenez ce que je qualifierais, sans problème, de l’un des plus beaux jeux d’aventure existant à ce jour.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Si les graphismes vous en mettront plein les yeux, le gameplay, est quant à lui resté simple. La souris permet de faire l’ensemble des actions et de se déplacer, même s’il est possible de jouer à la manette, le jeu étant aussi disponible sur consoles. Le clic gauche sera le seul à utiliser pour se déplacer et pour interagir avec l’univers. Le jeu permet, par ailleurs, de sélectionner des options qui vous permettront de régler la difficulté à votre convenance. Afficher les zones cliquables, afficher les indices, les zones d’utilisation d’objets, ou encore le nom des objets lorsque l’on passe le curseur dessus.

Toutefois, et c’est le principal défaut de ce jeu, il va se montrer beaucoup plus orienté sur la narration que son prédécesseur, en vous proposant de petites séquences de réflexion, celles-ci restant assez simple, même en masquant l’ensemble des aides de jeu. Par ailleurs, nous n’avons pas véritablement d’inventaire. Tout au plus, avons nous parfois deux objets dans nos poches, et ces derniers peuvent être utilisés uniquement sur la ou les zones qui leurs sont destinées. Le jeu nous confine, en général, à deux ou trois petites zones au maximum.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Si le jeu ne dispose pas d’un doublage français, on ne boudera tout de même pas notre plaisir avec un doublage anglais de fort bonne qualité, qui est évidemment accompagné d’une traduction de tout aussi bonne facture, et qui, ensemble, donnent à nouveau vie à ce monde, ce qui n’avait malheureusement pu être le cas sur le premier épisode.

En plus d’un doublage de qualité, comme Daedalic nous y a là aussi habitué, l’environnement sonore est dès plus agréable : les bruitages et petits cris de Spot ou des autres créatures sont fort réussis, sans oublier une bande originale fort réussie, qui accompagnera les aventures de Noah et Rennie dans Silence.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Le jeu est vraiment sublime, chacun de ses écrans et une invitation à la découverte du monde de Silence. Un jeu que, malheureusement, en partie à cause de son gameplay très simple, on parviendra à finir assez rapidement. Comptez aux alentours de 6 heures de jeu en prenant votre temps. Mais, malgré ce défaut, on a envie de progresser et on se lasse pas de cet univers visuellement impressionnant, le rythme étant vraiment très bien mené. Silence est donc un jeu qui vaut le coup malgré sa simplicité et sa durée de vie, il serait dommage de passer à côté de sa très belle histoire et de son magnifique univers.

Cliquer pour activer         Cliquer pour activer         Cliquer pour activer