JeuxDAVenture.og
Fiche Jeu

Empathy: Path of the Whispers

  • Plateformes : PC , Mac
  • Date de sortie : 16 Mai 2017
  • Présentation : 3D / 1ère personne

Empathy: Path of the Whispers - Le Test

Par Aurelien Vandoorine le 15/05/2017 à 19:43


Pixel Night a choisi de nous présenter un jeu des plus étranges pour son premier titre avec Empathy: Path of the Whispers, un jeu dans lequel il nous est proposé d’explorer un monde assez mystérieux, et d’en comprendre son histoire, ce qui ne sera pas sans rappeler Myst pour le point de départ du jeu, tant on se retrouve d’un seul coup en un lieu étrange à explorer.

Empathy nous propose une histoire dont on ne sait finalement pas trop qui l’on est, ceci du moins jusqu’à ce que l’on approche de la fin du jeu, où une réponse à cette question nous attends. Nous sommes guidés par une voix, tout au long de notre aventure, pouvant nous donner des informations sur les événements que l’on va découvrir, ou plus précisément sur le passé.

Car c’est bien du passé qu’il va être question dans le jeu pour comprendre ce qui est arrivé, car le monde dans lequel nous allons évoluer est vide de toute présence humaine. Pourtant, les maisons et autres objets sont toujours bien présents, mais tous les êtres vivants semblent avoir purement et simplement disparus de ce monde. Un mystère qu’il nous sera possible de comprendre alors que nous progresserons dans le jeu.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Empathy nous offre un monde créé entièrement en 3D, dans lequel nous sommes entièrement libre de nos déplacements dans une vue à la première personne. Dans ce monde, ce sont trois zones que nous allons devoir explorer une par une afin de progresser, en trouvant à chaque fois au cours de notre pérégrination les éléments qui nous permettront d’avancer vers la zone suivante. Chacune dispose de sa propre personnalité et de ses propres tons de couleurs. Par exemple, nous commencerons dans un lieu plutôt surprenant comme suspendu dans les airs au milieu de nulle part, alors que le second sera plutôt en pleine montagne et presque bucolique.

Les graphismes se révèlent agréables, même si l’on sent quelques limites ici ou là. Ainsi, parfois de loin le charme peut opérer, mais de près les textures peuvent être relativement floues ou se montrer relativementpeu détaillées, voire être parfaitement plate donnant un aspect un peu surréel à certains éléments dans l’environnement. Il est possible que cela soit en partie dû au moteur de jeu maison utilisé, qui peut se trouver, ici ou là, un peu surchargé et avoir des performances ralenties en quelques endroits, sans que cela ne pose vraiment de problème.

Le gameplay du jeu se révèle assez simple, peut-être même trop simple. Si les déplacements sont habituels, le jeu étant en vue à la première personne libre, la souris permet d’observer ce que l’on souhaite, tandis que le clavier gère le déplacement. Le jeu nous propose quelques énigmes ici ou là, de manière relativement simple : il s’agira de quelques simples mécanismes à activer, ou parfois d’objet à trouver, comme une clef pour ouvrir une porte.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

La majeure partie du jeu reste de trouver les “souvenirs” suspendus dans le temps, en approchant de certains objets, ceux-ci sont comme n’étant pas véritablement en ce monde mais plutôt comme dans une quasi irréalité, et il faudra utiliser sur chacun des objets principaux un même outil, et faire se correspondre une fréquence attendue grâce à trois réglages. Si cela ne pose pas de grandes difficultés, c’est ce mécanisme qu’il va falloir utiliser encore et encore pour progresser, tandis que ce même outil permettra aussi de détecter ces objets principaux, qui sont le strict nécessaire pour avancer dans l’histoire. D’autres objets facultatifs eux, ne demandent fort heureusement qu’un simple clic pour être rendu à ce monde et livrer les mémoires qui leurs sont associées.

L’aspect sonore est plutôt agréable. Si, en général, l’univers est assez vide, il en est du coup de même pour les sons, renforçant l’aspect irréel des lieux que nous parcourons, ces derniers sont assez rares ce qui est logique. La musique est, elle aussi, relativement discrète mais agréable lorsqu’elle est présente, venant de manière assez juste lors de divers moments accompagner la narration. Enfin, le doublage est assez réussi et nous propose une palette de voix plutôt réussie pour la narration de l’ensemble des personnages.

Cliquer pour agrandir Cliquer pour agrandir

Empathy est donc un jeu assez agréable, mais qui se montre surtout beaucoup trop répétitif. Le mécanisme de “synchronisation”, utilisé en continue, se révèle assez vite lassant tant il doit être utilisé régulièrement, sans réelle variation. Les autres énigmes étant peu nombreuses et relativement simples, une plus grande variété aurait sans nul doute rendu le jeu plus prenant. Si toutefois vous passez outre ce défaut, le jeu est assez agréable. Pour avoir l’ensemble des informations, il vous faudra sans doute y passer un temps bien plus long, car vous n’êtes guidé que vers les éléments principaux de l’histoire. Trouver les éléments facultatifs proches est simple, mais tous les retrouver vous demandera sans doute bien plus de temps, et pourra s’avérer délicat en l’absence d’indications pour nous y aider.

Cliquer pour activer         Cliquer pour activer         Cliquer pour activer