JeuxDAVenture.og
Fiche Jeu

Perry Rhodan : Le Mythe des Illochim

  • Plateformes : PC
  • Date de sortie : 20 Juin 2008
  • Présentation : 2.5D / 3ème personne

Perry Rhodan : Le Mythe des Illochim en Test

Par Aurelien Vandoorine le 31/08/2008 à 14:18


Perry Rhodan : Le Mythe des Illochim est le dernier jeu d’aventure sorti en France par Deep Silver, en attendant la sortie prochaine de Secret Files : Tunguska 2. Ce jeu a pour particularité de nous proposer un univers de Science Fiction riche et intéressant, ce qui est finalement assez peu commun pour le genre du jeu d’aventure, où si certains jeux propose une ambiance Science Fiction, très rare sont ceux qui tel The Dig, Beneath a Steel Sky, et maintenant Perry Rhodan nous propose une véritable évasion dans un autre univers.

Cliquer pour agrandirDans ce jeu, nous nous situons aux alentours des 3000 ans de Perry Rhodan, qui est le personnage que nous incarnerons tout au long de cette aventure. Un âge certes fort impressionnant quand l’on sait que Perry est tout ce qu’il y a de plus humain, à l’exception faite d’un activateur cellulaire qui lui confère le statut d’immortel relatif. Car, si ce dernier permet la régénération continuelle des cellules, cela ne l’empêche pas de pouvoir se faire tuer, d’où l’ajout de la relativité de son immortalité. Il apparait toujours aussi jeune bien que les 3000 ans qu’il a traversé ne sont pas sans avoir laissé leur marque, mais pour découvrir tout ce passé il faudra passer chez votre libraire et lire les quelques 250 tomes composant la série de romans. Vous aurez d’ailleurs peut-être trouvé avec votre jeu le début du prochain tome à paraitre sous le titre du Concile des Sept. 

Cliquer pour agrandirMais revenons à l’histoire du jeu qui est ce qui nous intéresse ici le plus. Alors que le jeu débute, l’introduction nous présente les principaux protagonistes, et ce qui est en train de se produire; je ne vous raconterais bien sûr pas tout ici, mais sachez simplement qu’au début du jeu la résidence solaire, lieu où se trouve Perry Rhodan est attaquée par une force inconnue, laquelle enlève Mondra Diamond, partenaire de notre héro, qui voudra de ce fait la retrouver. Pour cela, il faudra d’abord quitter la résidence en question, car voila que Reginald Bull, autre immortel relatif, ami et vice-résident, a restreint nos possibilités nous assignant en quelque sorte à résidence et nous privant de contact avec l'extérieur. Une fois ce problème réglé plus ou moins en douceur, il sera temps de partir à la recherche de Mondra et pour cela d’explorer la galaxie, ou du moins Terra où débute l’aventure au travers de la résidence solaire, et de l’académie, avant de rejoindre par la suite un musée sur Titan, une planète mise en quarantaine avant d’atteindre la destination finale que je ne vous révélerai pas dans ces lignes. 

Cliquer pour agrandirComme vous le voyez c’est un univers assez riche qui s’offre à nous, et par chance au travers d’une zone de la résidence où nous débutons l’aventure nous trouverons de nombreuses références à l’histoire contée dans les romans, via quelques panneaux d’informations. Ce jeu vous proposera donc un univers à découvrir varié, et présentant les représentants de quelques races extra terrestres. Le moins que l’on puisse dire c’est que le jeu à pris grand soin de conserver ce background prestigieux hérité de la littérature, pour concevoir cette toute nouvelle aventure fort intéressante. 

Cliquer pour agrandirCe qui marquera beaucoup aussi sur ce jeu, en plus des cinématiques en images de synthèses à la réalisation fort réussie qui introduiront le jeu et le concluront, ce sont les graphismes du jeu en lui-même, si les cinématiques sont fort réussies, on peut dire que le reste du jeu l’est lui. On retrouve donc une 2.5D toute traditionnelle mais dont les détails ont été fort travaillés, et ce sont deux points qui retiendront tout particulièrement l’attention sur ce jeu et son moteur graphique. Les décors sont un vrai régal pour les yeux fourmillent de détails et d’activités, divers effets sont présent et contribue à cette idée, mais ainsi par exemple sur Terra l’on verra un flot continuel de navettes circuler au loin dans le ciel tandis que nous parcourrons certaines zones, certains décors donneront vraiment l’impression d’être tout petit tant la profondeur de champs à été travaillée pour donner cette véritable impression de démesure que l’on peut attendre pour un tel univers. D’autre lieux pourront être quant à eux bien plus réduit, le moteur étant capable de nous restituer aussi bien des décors immenses avec des personnages à la taille très réduite, que des décors bien plus étroits où nous pourrons voir ces même personnages en plan très rapproché. 

Cliquer pour agrandirL’autre point qui vient compléter le tableau et contribuant grandement à l’intégration des personnages dans le décor est le jeu des ombres. Si l’on trouvera que les personnages sont peut être un peu juste en nombre d’animations et détails d’animation faciales lors des dialogues, leur intégration et leur réaction à la lumière ambiante ainsi que leurs ombres projetées sur les décors sont fort crédible, et nous montre un modèle d’intégration dans les décors, même si pour en bénéficier parfaitement il vaudra mieux avoir une machine plus musclée que d’habitude, mais le jeu disposant de nombreuses options de paramétrage celui-ci devrait tourner facilement sur le PC de monsieur tout le monde. 

Cliquer pour agrandirLe gameplay du jeu est lui très traditionnel on retrouve une barre d’inventaire présente en bas de l’écran, qui permettra d’observer nos objets mais aussi nos informations, un point sur lequel je reviendrai dans un instant, l’association d’item est possible, et le clic droit permettra d’obtenir des informations sur l’objet en question, tandis que le gauche permettra d’interagir avec ce dernier. Ce principe sera appliqué pour l’interaction avec l’ensemble du jeu, avec la petite différence comparée à l’habitude que c’est le double clic droit sur une zone de sortie qui permettra de basculer directement à cette dernière, tandis que le double clic gauche fera courir le personnage. On notera que pour les zones de sorties les développeurs ont fait le choix assez judicieux de proposer une miniature de la zone liée à la sortie (une fois celle-ci visitée), plutôt que de donner des noms à ces dernières, voir de juste affiché la présence d’une sortie. 

Ainsi que je l’ai indiqué ci-dessous, on trouve dans l’inventaire la notion d’idée, on pourra y trouver par exemple des portraits de personnages aussi bien que les autres items, car ce sont ces items, présents dans l’inventaire, qui joueront le rôle de sujet de conservation tout au long du jeu, ainsi il n’y a pas de dialogue avec choix de réponse, le clic gauche sur un personnage lancera une conversation en générale plutôt anodine, tandis que l’utilisation des objets ou des informations sur les personnages permettra d’engager des discussions autrement plus intéressantes. En dehors de ce point il n’y a rien de très particulier, on retrouve un système de chapitre coupant le jeu en plusieurs zones distinctes, tandis que les développeurs ont pensés à inclure des sauvegardes automatiques ce qui peut toujours dépanner. 

Cliquer pour agrandirL’aspect sonore du jeu a aussi fait l’objet d’un très grand soin, et Deep Silver nous offre un doublage français de bonne qualité, le personnage principal ayant une voix fort plaisante et réussie dans l’ensemble, de même que celle des autres protagonistes, même si certains manqueront un peu de justesse peut être, et que beaucoup trouveront la voix de Bleus une des espèce extra terrestre fort peu agréable car très aigue, et modifiée après enregistrement, mais il ne compose heureusement pas la majeur partie des personnages que nous allons rencontrer. L’ambiance sonore des divers lieux et objet est aussi convaincante, et bien adaptée au divers environnement que nous parcourrons. La musique a aussi été très travaillée et nous avons droit à une bande originale orchestrale de fort bonne facture, la musique étant présente aux moments clefs de l’histoire et pour accompagner l’ambiance de certains lieux. 

Puisqu’il faut conclure je dirai que si Perry Rhodan n’est pas un jeu parfait (mais un tel jeu existe-t-il ?), c’est une fort belle réussite alliant un gameplay assez classique, avec un univers riche et semblant fidèle à l’œuvre originale, un aspect sonore de bonne qualité, et une histoire bien ficelée, et pleine de rebondissement. Si vous aimez en plus la Science Fiction alors ce jeu est fait pour vous. Pour les autres à moins d’être réfractaire à ce genre, vous passerez très probablement un agréable moment en compagnie de Perry.

Cliquer pour activer         Cliquer pour activer         Cliquer pour activer