JeuxDAVenture.og
Fiche Jeu

Phoenix Wright: Ace Attorney - Trials and Tribulations

  • Série : Ace Attorney
  • Développeurs :
  • Distributeurs :
  • Plateformes : Nintendo DS
  • Date de sortie : 3 Octobre 2008
  • Présentation : 3D / 3ème personne

Phoenix Wright: Ace Attorney - Trials and Tribulations en Test

Par Aurelien Vandoorine le 20/10/2008 à 17:44


Après le quatrième épisode de la série, c’est au tour du troisième épisode, que l’on avait un temps cru oublié par Nintendo, de sortir chez nous. Nous découvrons ainsi l’ultime épisode des aventures de Phoenix Wright, avocat de la défense, qui va une fois de plus avoir fort à faire, face à un nouveau procureur, toujours dans le but d’obtenir l’acquittement de ses clients. Voyons donc le bilan de ce troisième passage à la cour.

Cliquer pour agrandirTout comme les précédents épisodes Phoenix Wright se décompose en plusieurs, chapitres, chacun représentant une unique affaire, décomposée elle-même en plusieurs parties. Dans cet épisode nous avons droit à cinq chapitres, dont deux plus légers ou nous avons le loisir d’incarner Mia Fey, mentor de notre jeune avocat, alors qu’elle faisait elle-même ses premières armes au tribunal. Tout ceci sera à nouveau l’occasion de retrouver divers personnage récurrent de la série. Maya et Pearl Fey sont de retour au côté de notre héro, l’inspecteur Dick Tektiv est lui aussi toujours de la partie, sans oublier le Juge, pour ne citer que les principaux, mais le jeu sera l’occasion de retrouver aussi bien d’autres personnages qui ont fait parties des deux précédents épisodes de manière parfois inattendues. Ainsi que certains tandems pour le moins surprenant et même hilarant. 

S’il s’agira encore une fois principalement d’affaire de meurtres nous aurons le loisir pour une partie d’un procès de défendre notre client, d’un vol, ce qui change un peu de la tension habituelle des procès liés à des meurtres, mais on revient rapidement à des histoires habituelles avec un plaisir non dissimulé. Le plus intéressant sera la récompense finale du jeu car après bien des péripéties le procès final fera fortement référence à certaines des affaires résolues dans le jeu. Mais surtout l’une des affaires qui est véritablement sombre, et sans doute la plus sombre de toutes les histories de la série des Phoenix Wright. Vous l’aurez compris bien des surprises et de nouveaux retournements de situations vous attendent dans cet épisode. 

Cliquer pour agrandirLe jeu n’a guère changé en terme de gameplay, ce qui est habituel puisque le jeu est l’adaptation comme les précédents d’un épisode GBA. On retrouve donc deux phases de jeux bien distinctes. La phase d’exploration dans laquelle nous rencontrons les protagonistes et pouvons leur parler, et où nous examinons les lieux divers et variés à la recherche d’indices et d’informations, et la phase au tribunal où il s’agira d’utiliser tout ce qui aura été récolté par vous-même, ou ne manquera pas d’être ajouté durant le procès par la partie opposée. C’est dans cette phase qu’une grosse partie de la réflexion se fera puisqu’il sera nécessaire de trouver et prouver preuve à l’appui la vérité souvent masquée ou déformée par les divers témoins. 

Le jeu reprend tous les ingrédients de l’épisode précédent qui avait vu deux ajouts majeurs au gameplay de la série. Nous retrouvons donc le principe de l’utilisation du Magatama qui permet de voir les verrous psychologiques des personnes lorsque ces dernières mentent. Grâce à ce dernier et preuve à l’appui vous pourrez briser les verrous et découvrir les informations cachées par les protagonistes. C’est aussi le moyen de faire remonter la jauge de « vie » qui se vide lorsque vous faites erreurs sur vos déclarations au tribunal, ou lors de tentative de briser les verrous-psychés. L’autre point repris et la possibilité de pouvoir présenter les profils et non pas seulement les items récupérés, ceci ajoutant une deuxième liste d’informations fort utiles pour progresser dans les enquêtes et faire éclater la vérité. 

Cliquer pour agrandirGraphiquement le jeu est semblable aux opus précédents, les personnages sont tous hauts en couleur est doté d’un jeu d’expression assez varié représentant très clairement leur état d’esprit, et l’on en verra certain mentir de manière nette (qui a dit Paul ?). C’est le moyen trouver pour parer au fait que comme toujours sur ce genre de consoles aux capacités limitées en terme de mémoire, les voix sont absentes. 

Les environnements sont aussi soignés et détaillés, il faudra bien ouvrir l’œil pour repérer les différents points clefs d’une scène, sur laquelle de nombreuses choses pourront être examinées. Il sera possible de trouver de plus de nombreux document visuel dans notre recherche, qui viendront s’ajouter à notre dossier, et présenteront aussi bien des photos que des dessins ou toute autre information intéressante, toujours fort détaillée. Puisque celle-ci pourront contenir en elle-même des indices plus précis qu’il pourra vous être demander de pointer durant les procès. 

Cliquer pour agrandirPour finir l’aspect sonore est là aussi un des points qui font le succès de la série, puisque encore une fois il n’y a guère de voix dans le jeu, si l’on excepte les « Objection », « Un instant » et « Prend ça » qui sont les seuls mots prononcés par les protagonistes principaux lors des procès. Aussi, tout comme le graphisme, la musique est l’un des piliers utilisés pour transmettre de l’émotion. Et c’est encore une fois une réussite sur ce titre qui propose une bonne variété de thème reflétant parfaitement le déroulement du jeu. On retrouve certains thèmes légèrement retravaillés des précédents épisodes, ainsi qu’une série de nouveaux thèmes liés à tous les nouveaux personnages intervenants dans cet épisode. 

En conclusion, Phoenix Wright : Trials and Tribulations, ne dépaysera pas les habitués de la série, on retrouve tous les éléments qui ont fait la réussite de cette série et capitalise sur ces derniers. L’humour et toujours aussi présent malgré la présence d’une affaire dont le dénouement est particulièrement dur et aura marquer certains des protagonistes. La dernière affaire apporte bien des explications sur de nombreux sujet et est l’occasion de nombreuses importantes révélations. Cet épisode clôture donc la série des Phoenix Wright en beauté, sans surprise, mais avec un scénario toujours aussi soigné, et une durée de vie tout simplement à la hauteur puisqu’il faudra compter une bonne quinzaine d’heure pour venir à bout des cinq chapitres.

Cliquer pour activer         Cliquer pour activer         Cliquer pour activer